Montréal        
514-831-8775         
Cantons de l'Est         
819-574-9900         
Partout au Québec
1-877-533-4667

 

Le renouvellement d'air ... quoi de plus naturel

En temps normal pour un immeuble d'habitation, on considère que le volume d'air d'un logement doit être renouvelé complètement au minimum toutes les 2 à 3 heures. Au dessous de cette valeur, l'hygiène de l'air n'est plus assurée. Dans les immeubles anciens, une partie de l'air neuf est fourni en continu par le manque d'étanchéité des joints des portes et des fenêtres. De plus, il est nécessaire d'aérer généreusement mais brièvement l'appartement à 2 ou 3 reprises chaque jour. L'ouverture des fenêtres durant environ 5 minutes entraîne un renouvellement complet de l'air de l'appartement alors qu'une fenêtre entrouverte continuellement renouvelle l'air de la pièce entre 1 et 2 fois par heure.

Dans les immeubles récents ou dans les anciens dont on a remplacé les fenêtres, un renouvellement d'air naturel et suffisant n'est généralement plus assuré parce que les joints sont de meilleure qualité. Il s'agit donc d'être encore plus discipliné dans l'ouverture régulière des fenêtres. Mais pourquoi rendre les joints des fenêtres si étanches? Tout simplement parce que par temps de bise ou de grand vent, les fenêtres non étanches entraînent des taux de renouvellement de l'air largement supérieurs aux besoins qui de plus sont source d'inconfort. Ajoutons encore que l'étanchéité à l'air entraîne également une étanchéité aux bruits extérieurs, phénomène qui peut dans de nombreux cas justifier à lui seul une bonne qualité des fenêtres.

 

Le renouvellement d'air doit être contrôlé

Le renouvellement d'air contrôlé avec récupération de chaleur est un dispositif technique qui permet de contrôler l'apport d'air frais par une modeste ventilation tout en récupérant la chaleur de l'air extrait pour préchauffer l'air neuf.

Schéma de principe:

On aspire en permanence l'air des locaux sanitaires (salle de bains, salle d'eau) et de la cuisine. L'air extrait par un ventilateur de puissance modeste est expulsé en toiture ou dans le jardin. L'air neuf pris à l'extérieur croise l'air vicié dans un échangeur de chaleur et soutire 50 à 70 % de sa chaleur pour être ensuite distribué (pulsé) dans les différentes locaux. Ce dispositif s'applique particulièrement à des bâtiments neufs, mais peut également être envisagé dans des bâtiments existants lors de leur assainissement.

 

Renouv-maison

 

Le principe en est simple et il s'applique aussi bien à une résidence, à un logement qu'à des bureaux. On aspire en permanence l'air des locaux sanitaires (salle de bains) et de la cuisine. L'air extrait par un ventilateur de puissance très modeste est expulsé vers l'extérieur. L'air neuf pris à l'extérieur croise l'air vicié dans un échangeur de chaleur et soutire une partie de sa chaleur pour être ensuite distribué (pulsé) dans les différentes pièces de l'appartement ou locaux. En période de chauffage, l'installation fonctionne 24 heures sur 24.

Elle peut être mise hors-service en été lorsque les fenêtres sont ouvertes. En petite vitesse, l'installation est dimensionnée pour assurer un taux de renouvellement de l'air compris entre 30 et 40 % du volume de l'appartement chaque heure, alors qu'en grande vitesse on visera des valeurs comprises entre 50 et 100 %.

Cependant, il existe aujourd'hui plusieurs méthodes de distribution de l'air permettant une application plus aisée de ce système.

Variation-VCR  Variation-Serpentins

 

 

L'aération contrôlée de nos échangeurs d'air: avantages et inconvénients

Avantages:

  • qualité constante de l'air ambiant,
  • évacuation des odeurs et de l'air pollué,
  • suppression des moisissures sur les murs et des risques de condensation,
  • filtrage de l'air extérieur,
  • réduction de la consommation de combustible,
  • confort accru,
  • étanchéité aux bruits extérieurs,
  • sécurité accrue grâce aux fenêtres fermées,
  • meilleures conditions pour la santé.

Inconvénients:

  • place supplémentaire nécessaire aux équipements techniques,
  • frais d'installation et d'exploitation,
  • augmentation de la consommation d'électricité (selon le principe de récupération utilisé).